Cliquer pour agrandir
Click to enlarge
Le long couloir lugubre du voyage sans retour qu'empruntèrent les Noirs d'Afrique pour rejoindre les négriers en partance pour Haïti. Vue de l'intérieur de la maison des esclaves sur l'île de Gorée au Sénégal
Commémoration officielle de la journée mondiale contre l'esclavage

24 août 2004           

Le gouvernement haïtien a salué dans la soirée du 23 août la mémoire des marrons qui se soulevèrent à la même date en 1791 à Bwa Kayiman, prés du Cap-Haitien (Nord), contre le colonialisme français.

"Nous avons tous un devoir de mémoire", a déclaré dans son discours le Chef de l'État haïtien, Boniface Alexandre, lors d'une cérémonie du souvenir organisée à la Place du Marron Inconnu, à quelques mètres du palais national.

La cérémonie s'est déroulée avec la participation du Premier Ministre Gérard Latortue, des membres de son gouvernement, du corps diplomatique et du Président de la Conférence Générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation la Science et la Cultura (UNESCO), Michael Omolewa.

La place ou trône le nègre marron soufflant dans son lambi (coquille vide) a été créée en 1969 et vient tout juste d'être rénovée à l'occasion du 23 août de cette année du bicentenaire de l'indépendance haïtienne, décrétée par l'UNESCO année internationale de lutte contre l'esclavage et pour son abolition.

Boniface Alexandre a fait savoir la communauté internationale "a un devoir de solidarité" envers les pays qui furent victimes de la traite négrière et de l'esclavage, qualifié de "crime contre l'humanité".

Aujourd'hui, "le nom de la solidarité c'est l'action", a précisé Alexandre. Il a appelé à un "plan Marshall" en faveur des pays d'Afrique et des Amériques victimes du système esclavagiste. Il a demandé à la communauté internationale de "concrétiser" les promesses faites à Haïti et d'alléger ou de supprimer sa dette externe.

Pour sa part, Michael Omolewa a souligné que l'histoire de la traite négriere fait partie de l'histoire universelle". Le Président de la Conférence Générale de l'UNESCO a rappelé les différentes étapes de l'histoire d'Haïti durant les siècles passés et a souligné que "les Haïtiens ont su se relever". Maintenant, a-t-il ajouté, "Il faut savoir rester lucide sur le présent et regarder vers l'avenir". [gp apr 23/08/2004 23:00]