< L'épidémie du Sida s'ajoute aux malheurs d'Haïti
Ruban rouge Organisation Mondiale de la Santé
Grossesse et VIH/SIDA

Enfant malade du Sida

UNAIDS

L’accent est mis sur la prévention de la transmission mère-enfant de l’infection à VIH (voir les documents). On soulignera qu’il faut considérer la prévention de la transmission mère-enfant comme un aspect des soins complets que doit recevoir la femme enceinte VIH-positive - l’approche holistique portant sur toute la durée de la vie.

Aspects principaux

La prévention et les soins concernant le VIH/SIDA et les IST doivent faire partie des programmes de santé génésique à tous les niveaux, y compris celui des soins de santé primaires.

La prise en charge de la grossesse chez la femme VIH-positive doit être considérée comme faisant partie des soins complets et à long terme donnés à l’intéressée dans des centres qu’elle puisse rejoindre facilement depuis son domicile.

Les soins obstétricaux seront analogues à ceux dont bénéficient la femme non infectée (ou à état sérologique inconnu) dans la plupart des cas, mais on s’abstiendra d’utiliser des moyens diagnostiques invasifs et l’on envisagera l’administration de fer sous forme de folate et un apport de vitamines. Dans les zones à forte prévalence, la supplémentation devrait concerner l’ensemble des femmes enceintes.

Le dépistage du VIH pendant la grossesse présente un certain nombre d’avantages du point de vue de la prévention et des soins aussi bien pour la mère que pour l’enfant, mais il ne faut pas oublier le risque possible de stigmatisation, de discrimination et d’actes de violence dont l’intéressée pourrait être victime. Afin d’éviter ou de réduire dans toute la mesure possible ces effets négatifs, le test de dépistage doit être volontaire et confidentiel et s’accompagner de services de conseil de qualité.

Conseil

Au niveau prénatal, les services de dépistage volontaire et de conseil faciliteront l’accès des femmes,

si le résultat est négatif :
  • à l’éducation préventive pour rester négatif ;
  • aux soins prénatals et lors de l’accouchement ;
  • à la planification familiale ;
si le résultat est positif :
  • au conseil dans la période qui suit immédiatement le résultat, puis lors de séances périodiques ;
  • à l’éducation concernant la prévention ;
  • au conseil concernant la décision de poursuivre la grossesse et l’orientation-recours vers des services appropriés ;
  • à des soins prénatals et lors de l’accouchement qui tiennent compte de l’infection par le VIH ;
  • aux soins cliniques pour les maladies liées au VIH ;
  • au conseil concernant différentes interventions pour éviter la transmission mère-enfant ;
  • au conseil en matière d’allaitement ;
  • à la planification familiale.

Soins appropriés concernant le VIH/SIDA

Comme indiqué, les services fournis à la femme enceinte VIH-positive doivent s’inscrire dans le cadre des soins d’ensemble dont elle bénéficie à long terme. L’intéressée doit être persuadée que les soins et l’aide ne seront pas interrompus après la naissance de son enfant.
  • Traitement et prophylaxie des maladies courantes liées au VIH.
  • Soins palliatifs.
  • Appui psychosocial par des services de santé ou des organisations d’appui aux personnes touchées par le SIDA.
  • Conseil et soutien nutritionnels.

Du point de vue de l’initiative Pour une grossesse à moindre risque

  • La stratégie clef consiste à intégrer les services VIH/SIDA/IST aux soins maternels et infantiles au niveau du district.
  • La mise sur pied de sites de dépistage volontaire et de conseil, éventuellement dans les centres de soins prénatals, constitue le point de départ de tout effort visant à réduire l’impact du VIH/SIDA et des IST sur la grossesse, tant du point de vue de la prévention primaire de l’infection que des soins de la femme enceinte et de l’enfant.
  • L’accès à un avortement médicalisé (dans la mesure où il est légal) ainsi qu’au conseil pour assurer que la femme décide en pleine connaissance de cause et donne son consentement éclairé doit faire partie des services offerts.
  • Les systèmes de santé doivent être renforcés pour que les interventions visant à éviter la transmission mère-enfant de l’infection à VIH, y compris l’utilisation d’antirétroviraux, puissent être appliqués de manière efficace et sans danger.

L’OMS et l’ONUSIDA

ont mis au point des principes sur le dépistage volontaire et le conseil au niveau prénatal en prévision d’interventions en matière de transmission mère-enfant. Ils seront disponibles prochainement (voir le projet de document) "Voluntary Counselling and Testing for HIV Infection in Antenatal Settings: Practical considerations for implementation".

Pour plus d'informations, les journalistes peuvent prendre contact avec le Bureau du porte-parole, OMS, Genève. Tél. (41 22) 791 2599 ; télécopie: (41 22) 791 4858 ; adresse électronique : inf@who.int

top

© www.haiticulture.ch, 2004
Geneva - Switzerland