Lien entre le cerveau des personnes obèses et l'hormone de dépendance ?

La chimie du cerveau reliée à la dépendance aux drogues peut aussi contribuer à l'obésité, pensent les chercheurs. Ces derniers disent que cette découverte pourrait mener à de nouveaux moyens de contrôle de l'appétit des individus obèses.

Les personnes obèses posséderaient moins de récepteurs de dopamine dans leur cerveau, une hormone qui produit le sentiment de plaisir et de satiété. Cette anomalie a aussi été constatée chez les gens dépendant de la cocaïne, de l'alcool et autres drogues.

L'hypothèse tendrait à penser qu'étant donné que les personnes obèses manquent de récepteurs de dopamine, elles utiliseraient la nourriture pour compenser, de la même façon que le ferait une drogue. "La dopamine est notre système de récompense" explique Dr Gene-Jack Wang dans une entrevue pour Reuters Health. "Les gens obèses utilisent la nourriture pour compenser le système dysfonctionnel de la dopamine."


Dr Gene-Jack Wang et ses collègues, au Laboratoire National Brookhaven à Upton à New York, ont comparé le scanner du cerveau de dix personnes obèses et celui de dix personnes minces. Les chercheurs ont trouvé non seulement que les personnes obèses avaient moins de récepteurs de dopamine mais aussi, plus la personne est corpulente moins elle possède de récepteurs.

L'idée que la nourriture et la drogue agissent sur le même centre du cerveau n'est pas nouveau. Une étude précédente avait démontré que l'apport de nourriture ingérée influençait le niveau de dopamine et que les drogues sont connues pour augmenter la concentration de celle-ci, créant des effets euphoriques. Certains scientifiques pensent que le taux élevé d'utilisation de drogue et de nicotine parmi les gens qui ont des problèmes avec la nourriture peut partiellement expliquer leur besoin grandissant en dopamine.

Dans le cas de l'obésité, il n'est pas aisé de savoir si certaines personnes ont un faible taux de dopamine naturellement et qui les prédispose à trop manger ou si elles perdent les récepteurs en raison d'une grande stimulation chronique due à une consommation de trop de nourriture, dit Wang. Il est possible que les mauvaises habitudes alimentaires des personnes obèses augmentent le niveau de dopamine ce qui cause une panne de leurs récepteurs dans le cerveau. Dr. Wang affirme que lui et ses collègues essaient maintenant de trouver la réponse à cette question de "cause à effet".

Si d'autres recherches confirment cette découverte, il sera alors possible de supprimer la surconsommation grâce à des médicaments qui amélioreront la production de dopamine,

Par Amy Norton pour Reuters Health

© www.haiticulture.ch, 2004
Geneva - Switzerland