Le malanga, plante vivrière tropicale


Le malanga

Caractéristiques agronomiques


Les malanga représentent une importante culture dans les régions forestières humides et chaudes, care ils nécessitent un niveau élevé de précipitations et d'une longue saison humide. Ils se développent bien sur des sols imparfaitement drainés et ne sont pas endommagés par des inondations occasionnelles. Les zones ombragées ne sont pas préjudiciables à la production de malangas et ils peuvent grandir à l'ombre des feuilles d'autres cultures. La période de développement est variable mais se rapproche de celle de l'igname, soit environ 7 à 10 mois.


Plant Malangae

Facteurs non nutritionnels


Les hautes concentrations de cristaux d'oxalate de calcium, d'environ 780 mg pour 100 g dans certaines variétés de malanga, ont été mises en cause dans le goût acre et les irritations causés par le malanga. L'oxalate tend à précipiter le calcium et le rend indisponible pour l'organisme. L'oxalate a aussi été suspecté dans la formation de calculs rénaux. L'âcreté des malangas riches en oxalate peut être réduite en épluchant, en râpant, en faisant macérer ou en faisant fermenter les malangas durant leur procédé de fabrication. L'âcreté peut également être causée par des enzymes protéolytiques.


Utilisation et préparation


Malanga pilé


Le malanga est utilisé essentiellement de la même façon que l'igname. Il peut être mangé bouilli, frit, ou broyé en fufu , bien qu'il ne soit pas aussi reconnu que l'igname. Il peut aussi être transformé en porridge ou en pottage, et également sous forme de frites et de farine. La farine de malanga a l'avantage d'être facilement digérée et est utilisée pour les handicapés ou comme ingrédient pour les aliments infantiles.

Malanga pilé


Le taro (une variété de malanga) est un aliment de base traditionnel des îles du Pacifique, où il est utilisé dans toute une série d'aliments dont la description est similaire a celle manioc. Poi est un plat très populaire à Hawaï et en Polynésie, obtenu en cuisinant la racine crue, qui est ensuite pelée puis écrasée pour faire un liquide consistant. Le liquide est passé à travers une série de passoires, la dernière ayant des ouvertures de 0,5 mm de diamètre. Il est ensuite conditionné et vendu ou stocké à température ambiante, où il subit une fermentation lactique. Des produits dérivés de la noix de coco peuvent être ajoutés à la fermentation du poi avant consommation.

Au Nigeria, le malanga est râpé, mélangé à des condiments et enveloppé dans des feuilles. Il est ensuite cuit à la vapeur pendant 30 minutes et servi en sauces. Connu sous le nom de ikokore, c'est un plat très commun dans l'ouest du Nigeria. Une variante de cette recette existe au Cameroun où le malanga est préparer en boulettes et cuisiné avec de nombreux autres ingrédients. Ce plat est connu sous le nom de epankoko.

top

© www.haiticulture.ch, 2001
Webmaster Geneva - Switzerland